• L'INVENTION DES SANS-PAPIERS.

    ESSAI SUR LA DEMOCRATIE

    A L'EPREUVE DU FAIBLE

     

     

     

        A lire: un article dans la revue Le Débat (numéro de mars-avril 2011), fondée par Pierre Nora et

    dirigée par Marcel Gauchet.

     

            N'oubliez pas de casser vos tirelires, chercher les bas de laine, fouiller les matelas..., car le 1er

    septembre 2010 est paru :

    L'invention des sans-papiers. Essai sur la démocratie à l'épreuve du faible.

    Presses universitaires de France, "La politique éclatée".

     

     L'ouvrage

                  Une dissemblance notoire apparaît entre l’immigré clandestin, glorieusement hors la loi

    puisqu’épreuve extrême des réalités de l’exploitation capitaliste, figure étendard des mobilisations

    gauchistes des années 1970, et le sans-papiers contemporain, c’est-à-dire celui que l’on a privé de

    Droits et dont on n’a pas respecté l’humanité.
          Hier, l’exploitation. Aujourd’hui l’exclusion, la relégation, la reconnaissance de l’autre dans son

    identité particulière, et ce plus particulièrement s’il est porteur de stigmates, de témoignages du « mépris

    social ». Les luttes contemporaines de sans-papiers n’affirment pas une autre vérité.

    Ce changement de paradigme politique, tout entier dominé par la question des droits de l’Homme,

    marque une étape de l’individualisme démocratique et de l’affirmation, corrélative, d’une démocratie

    des droits de l’Homme.

     

    Table des matières

    Introduction

    Première partie. — Histoires de luttes
    « Même patron, même combat » ? L'immigré et les années 1970
    De la traversée des années 1980 aux « lois Pasqua-Méhaignerie »
    L'irruption des sans-papiers au sommet : Saint-Bernard

    Deuxième partie. — Aperçus sur la guerre des faibles
    Introduction
    Liminaire : questions de sociologie politique
    Au commencement était l'émotion
    Miséreux de la représentation, exposez-vous !
    Spectacularisation du conflit : « se mobiliser, c'est paraître »
    Conclusion

    Troisième partie. — Morale de l’histoire
    Sous le signe de l'immanence
    Vers une société de la reconnaissance généralisée ?

    Conclusion
    Bibliographie

    Annexes
    Qui sont les Saint-Bernard ?
    Tableau du suivi du traitement journalistique du mouvement des sans-papiers de Saint-Bernard
    Présentation du corpus étudié
    Tableau des nationalités recensées à Saint-Bernard
    Tableau concernant la participation aux manifestations en faveur des Saint-Bernard
    Liste des « médiateurs » de Saint-Bernard

    Liste des sigles organisationnels et autres acronymes
    Table des encadrés
    Index nominatif

     

                                        

                                      *                              *

     
    Ils ont aimé
     
    Régis Debray   (5 mars 2011)   
          "Thierry Blin a l'art de démystifier sans polémiquer. A travers son analyse des sans-papiers et de

    leur place dans l'imaginaire d'aujourd'hui, c'est une radiographie des sensibilités de gauche et de leur

    évolution depuis quelques décennies. Un travail rigoureux et remarquable."
     
    Dany-Robert Dufour (30 avril 2011)
          "Je suis très sensible à votre analyse du post-gauchisme et à son recentrage sur le libéralisme

    culturel sous l'influence notable des philosophies post-modernes. Devant cette nouvelle doxa, il me

    semble que la grande question qui se pose est celle de la disparition de l'Etat et,  avec elle, l'oubli des

    questions auxquelles seul un Etat peut répondre - dont celle, non pas seulement de l'autre et de sa

    reconnaissance, mais des intérêts communs à préserver pour une humanité qui pourrait bien se trouver

    en péril parce que globalement pilotée par le divin Marché.
     

    Merci encore pour vos fortes analyses écrites dans une belle langue vive"
      

     
    Jean-Claude Michéa, Le Complexe d'Orphée (Paris, Climats, 2011, p. 142):

          "Sur le processus historique (dont Canal Plus est le symbole accompli) qui a ainsi conduit - en

    quelques décennies -  à refouler le souvenir des luttes de Lip et des paysans du Larzac au profit de

    celles des clandestins de l'église Saint-Bernard (et sur l'étrange pacte entre l'univers "associatif" et le

    monde du showbiz et des médias noué à cette occasion), on trouvera des aperçus particulièrement

    éclairants dans l'ouvrage de Thierry Blin, L'Invention des sans-papiers."

    -Jean-Pierre Le Goff (au sujet de "Le sans-papiers et l'humanisme de l'autre homme, Le Débat, n° 149, mars-avril 2011)

           "Il est temps que les choses soient dites clairement comme vous le faites : du gauchisme passé au

    dogmatisme de la morale et du droit, vous décrivez fort bien le processus qui a amené une nouvelle

    doxa, le règne de la subjectivité compassionnelle et les impasses d'une gauche morale coupée des

    couches populaires. En espérant une sortie possible et prochaine de ce paysage idéologique..." (10

    janvier 2012)



    Ils en ont parlé


    - Pour une réflexion sur ce livre réalisée par Phlippe Petit, à la rubrique "Essai du jour" sur France culture:

    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=thierry%20blin%20l%27invention%20des%20sans-papiers.%20essai%20sur&source=web&cd=1&ved=0CCQQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.franceculture.fr%2Femission-l-essai-du-jour-l-invention-des-sans-papiers-de-thierry-blin-puf-2010-10-13.html&ei=UPAPT77-GIWN8gO-hYzMAw&usg=AFQjCNGYCnwsnVYqPgZgXwOhHTcKEo_upg&cad=rja

     - Ce compte rendu de Jean-Yves Autexier, in Politique Actu. com:

    http://www.politique-actu.com/actualite/invention-sans-papiers-thierry-blin-jean-yves-autexier/243125/

    - Celui d'Omar Sivori in Bastille-République-Nation, n° 49, 21 octobre 2010.